All tagged Colonisation

En 1810, pour mettre un terme au harcèlement des corsaires français, les Britanniques envahissent l’île Bonaparte. Après l’avoir rebaptisée Bourbon, ils exigent des Français soumission et fidélité au roi George III. De grands noms de la colonie occupent des postes de confiance. L’occupation, presque sereine, dure cinq ans, seulement troublée par une révolte d’esclaves durement réprimée.

Gouverneur des îles de France et de Bourbon, Bertrand François Mahé de La Bourdonnais est la grande figure de la colonisation française des Mascareignes. Par son absolutisme, il rappela aux colons qu’ils n’étaient que les instruments d’un projet économique et politique qui les dépassait. Il fut profondément haï par les lointains ancêtres des riches créoles blancs qui, de nos jours, en font leur héros préféré.

Iles insaisissables au cœur de l’océan austral, Saint-Paul et Amsterdam ont fait fantasmer marins et armateurs, à la Réunion comme en France. Mais les tentatives d’occupation de ces deux îles, aux XIXe et XXe siècles, ont toutes tourné à l’échec et parfois au cauchemar.

L'assassinat d'un forestier à La Réunion en 1888 demeure un fait exceptionnel dans la rivalité opposant paysans et administration coloniale pour la maîtrise des sols et de la ressource en eau. Il témoigne néanmoins de l'enjeu sur une île d'une surface aussi limitée.

Sur l'île Bourbon (La Réunion), noirs révoltés et colons blancs se livrent une lutte sauvage tout au long du dix-huitième siècle. La chasse aux esclaves rebelles se transforme en stratégie d'extermination sous l'impulsion d'un administrateur implacable : Bertrand François Mahé de la Bourdonnais. 

Le Code Noir désigna, jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1848, l'ensemble des règlements donnant un cadre juridique à la propriété, au commerce et à l'exploitation des esclaves. Les Lettres patentes du roi Louis XV de décembre 1723 rendent officielle son application aux îles Mascareignes. 

1986, au Pérou, sur le rio Madre-de-Dios, un affluent de l'Amazone. Quatre jours de pirogue. En chemin, un bateau coincé dans les arbres, des chercheurs d'or, des Amérindiens distants et méfiants, un crocodile dans un lac...

Difficile de repérer, du large, la baie de Saint-Augustin : elle se fond dans la ligne des falaises. A Madagascar, au pays des pêcheurs vezo, cette baie fut longtemps un repaire de pirates, un refuge de naufragés et le cadre de projets chimériques de colonisation.

Madagascar doit aux lémuriens un de ses premiers noms européens : la Lémurie, le pays des spectres. Au sud-est de la Grande Île, le pays des Antanosy (les hommes de l'eau) est la terre d'élection de deux espèces en particulier, le maki et le sifaka. C'est là qu'au dix-septième siècle les Français choisirent de s'installer.

Œuvre de cinq siècles de colonisation, Ilha de Mozambique, qui fut la plus solide des places fortes portugaise sur la côte orientale de l’Afrique, est en quête d’une nouvelle vocation, forte aujourd’hui d’un patrimoine historique et architectural exceptionnel.