Ces courts voyages en lecture invitent à flâner, observer, apprendre, guidé par un passé qui a marqué les lieux et qui, bien souvent, nous concerne à travers la colonisation. Ils ont pour ambition de procurer des moments d'évasion, mais aussi d'ouvrir des portes sur le destin des peuples.

Teniki et son parâtre, conte bara

Teniki est le premier né. La mère de Teniki s’est mariée dans un autre village. Teniki a suivi sa mère. Dans le village, il y a une seule famille, et Teniki est d’une autre famille. Il va jouer avec les enfants du village :

“ Nous tromperons Teniki pour le tuer. Eh ! Teniki, allons jouer. ” 

Les enfants emportent les cruches de leurs mères. Les petits enfants cassent en petits morceaux les cruches de leurs mères : 

“ Casse aussi celle de ta mère ; nous apporterons celles de nos pères. ” 

Teniki veut prendre celle de son parâtre. 

“ Je ne te la donne pas, dit sa mère ; si la cruche de Trimu mon mari est cassée, elle causera ta mort et tu ne dois pas mourir. ” 

Après un moment sa mère accepte : 

“ Emporte-la petit. ” 

Les enfants du village cassent des tessons. 

“ Voici celles de nos pères sont cassées ; casse aussi celle de ton père. ” 

Les enfants n’ont pas cassé celles de leurs pères, mais ils les ont cachées dans les hautes herbes. Teniki casse celle de son parâtre car il est abusé. Les enfants annoncent : 

“ Teniki a cassé la cruche de Trimu. ” 

Aussi Teniki s’est enfui dans une grotte de la montagne. 

Quand sa mère arrive loin là-bas : 

“ J’attire mon enfant avec des aliments, car il a faim. Toi qui es ici, si la voix est faible, c’est moi ta mère et tu réponds ; si c’est une grosse voix, ne réponds pas, car c’est Trimu et tu mourras si tu réponds. ” 

Peu après Trimu a cherché un charme qui adoucisse la voix. Il a demandé le charme à une vieille femme du village. La montagne est loin. Trimu a vu en route des fruits de lamuti mûrs et en a mangé, aussi sa voix est redevenue forte. Il est encore retourné chez la vieille femme, elle l’a fait boire, sa voix est faible. 

Ainsi Trimu a appelé Teniki. L’enfant avait grandi là dans la forêt, il avait fait un lit dans une grotte, il a dessiné des figures. La voix de Trimu est faible, il l’a attrapé car l’enfant croyait que c’était sa mère. Pris, il n’a pas été porté au village mais tué en brousse. 

C’est ceci qui a fait mourir Teniki. Les choses nombreuses qu’il a laissées sont là dans la grotte. 

 

J. Faublée, Récits bara, Paris, Institut d’ethnologie, 1947, pp 162-164.

 

Trimu signifie ogre. Le mari ogre est un personnage récurrent des contes malgaches.

Lamuti ou prune de Madagascar.

Enigme au cœur de l'Isalo

Cagoules noires et bonnets indiens